Risque de rencontre

par Xavier Fontanet

Entretien vidéo

Entretien livre

Risque de rencontre, par Xavier Fontanet.


« Le plus beau risque dans la vie est le choix du mariage. C’est le choix de l’épouse. Je crois beaucoup à la famille, à la stabilité de la famille. La deuxième chose très importante pour moi est de rencontrer les autres. Il ne faut pas rester enfermé. Après la famille,
ce qui a beaucoup compté, ce sont les gens que j’ai rencontrés. J’ai toujours choisi les personnes, jamais les métiers. »


Témoignage Risque de Chance de Xavier Fontanet le 16/10/2019 à Paris. Chef d’entreprise français, ex-dirigeant du BCG, d’Eurest, de Bénéteau et d’Essilor, professeur associé de stratégie à HEC Paris, chroniqueur aux Échos et à BFM Business, auteur.

En tant que chef d’entreprise, stratège, chroniqueur, homme de bon sens, papa, pouvez-vous me dire, s’il vous plaît, quel est le plus beau risque dans la vie ?

Oh là là ! (Rire) C’est le choix du mariage. C’est le choix de l’épouse. Je pense que c’est le point le plus important. Je crois beaucoup à la famille, à la stabilité de la famille. Dans le monde actuel, on ne dira jamais assez l’importance d’une famille aimante, solide, une famille au sens élargi, avec les frères, les sœurs. L’harmonie familiale est sûrement la chose la plus importante. Une des raisons qui m’en rend absolument certain, c’est que je suis beaucoup allé en Chine pour développer Essilor, pendant 25 ans. J’ai vu sortir la Chine de l’ère Mao. Nous avons commencé à agir là-bas au moment où Deng Xiaoping ouvrait la Chine et reconstruisait toutes les structures familiales, alors que le communisme avait cherché à détruire la famille. On prend conscience, dans de telles circonstances, de l’importance majeure de la famille. Pour moi, c’est l’élément clé.

 

Le deuxième élément très important pour moi est de rencontrer les autres. Il ne faut pas rester enfermé. Après la famille, ce qui a beaucoup compté, ce sont les gens que j’ai rencontrés. J’ai toujours choisi les personnes, jamais les métiers. J’ai eu des profs extraordinaires dans le secondaire qui m’ont beaucoup marqué, un ou deux profs hors du commun en préparation aux grandes Écoles, puis aux Ponts[1] et au MIT[2] – des profs exceptionnels. Je crois que toute la structure éducative est très importante. Ce sont toujours des personnes, des profs exceptionnels qui vous marquent. Cela étant dit, celui qui m’a marqué dans mon premier job, tout à fait inattendu, c’est Bruce Henderson, fondateur du BCG[3], une boîte de conseil. J’avais accepté un job avec quelqu’un d’autre, mais la veille du jour où je devais entrer dans l’entreprise, un copain m’appelle et me dit : « Bruce vient à Paris, il faut absolument que tu le voies avant de foncer. » J’ai donc eu un déjeuner tout à fait imprévu avec lui et ce fut l’éclair. C’est quelqu’un qui m’a beaucoup structuré. J’ai quitté le BCG huit ans plus tard pour aller chez Bénéteau. Madame Roux, qui était la patronne de Bénéteau, est quelqu’un d’exceptionnel. C’est donc surtout la rencontre des personnes qui a joué un rôle dans ma vie et qui explique mon chemin. J’ai également beaucoup travaillé pour Essilor au BCG, donc, quand on m’a proposé de devenir DG, c’étaient des gens que je connaissais très bien et que j’appréciais. Tout a toujours fonctionné avec les personnes.

...

[1] École Nationale des ponts et chaussées.

[2] Massachusetts Institute of Technology.

[3] Boston Consulting Group.

Livre d'Or et trace magique 

Sur un petit carnet d'or chaque témoin a laissé sa trace du jolie moment de vie partagé lors de l'entretien.

Fontanet.jpg

« Merci de m’aider à développer ainsi

une bonne idée de l’économie de marché

et de la mondialisation.

Bien cordialement

et bon vent au projet.»

Xavier Fontanet